Arpenter

2020

Johanna De azevedo

35 x 400 cm

Tables, cartes routières, pierres, serrure, pot à lait, pellicule cramée, os, laine, photographies, trousse à toilette, étiquettes.

 

 

 

D’après le terme « ligne de crête », ce projet se conduit autour de la question de la cartographie et de l’arpentage d’un lieu. Toujours d’après ce thème général de « mémoire de l’objet », cette pièce à pour but, cette fois, de se référer aux lieux de recherches qui m’intéresse. Deux cartes routières sont disposées chacune sur deux tables de 2 mètres de long et 35 cm de large. Des objets qui ont été récoltés dans lesdits lieux, sont exposés à côtés des cartographies.

 

La première carte trace le périmètre de recherche principal entre trois lieux importants : Cressensac, Martel, Queyssac, situés entre le Lot et la Corrèze. La carte suivante représente un tracé d’un deuxième terrain de recherche, qui rassemble différents territoires arpenter dans les Pyrénées : Lescun, Col de laünde (Sarrance), Bielle et Escot. Ces différents terrains de recherches sont nommés à-même lesdites cartes par la géolocalisation et reportés à côté de chaque objet grâce à un étiquetage, afin de faire le lien entre le lieu et l’objet dans lequel celui-ci est retiré. La géolocalisation ne permet pas seulement de localiser le lieu mais bien de pointer l’endroit exact où chaque objet a été glané. Ces cartographies  font donc office de support de lecture pour le spectateur afin qu’il puisse se repérer dans l’espace.  Quelques photos viennent alimenter certains terrains quand le glanage d’objets n’a pas pu être effectué. Le tracé sur chaque carte fait écho au terme « ligne de crête » par sa forme et témoigne de l’arpentage dans chaque territoires. Quant aux objets glanés, nous pouvons dire qu’ils sont le souvenir d’un passage et considérés comme des fragments des divers territoires parcourus. Ils attestent d’une usure naturelle des lieux et donc d’une mémoire de ceux-ci.

 

En outre, cette pièce rassemble différents éléments qui se complètent entre eux. Ils sont à la fois objets artistiques et objets de recherches. Ils permettent d’obtenir des résultats d’un travail de long à haleine sur cette mémoire de l’objet et plus particulièrement sur la question du lieu comme objet de mémoire.

crédits photo : Pierre Baumann