La Paternerie, 46600, Cressensac.

2020

76 x 200 x 60 cm

Tables, chaise, lampe, étiquettes, appareil photo argentique, négatifs, arbre généalogique, plan de maison, mini balai, cahier, tasse abimée, savons séchés, carte d’électeur, ramequin, casserole, pancarte annotée, bobines de fils, linges blancs, cahiers d’école, livres d’école, clé, cartouches de  fusils pleines, cartouchière, boite à compas, photo d’identité, cartouche de fusil vide, poussière, cartable d’écolier, ails séchés, carnets, poids, sciure, outils, rabot.

 

 

Parallèlement avec la pièce Etat du lieu, le but  de ce projet est de continuer la recherche d’une mémoire dans un lieu abandonné depuis environ 40 ans, en l’occurence la maison d’enfance de mon grand-père. Toujours en quête de restituer une mémoire par l’objet, après avoir fait une première séance de repérage dans le lieu, il est question maintenant d’une séance de glanage afin de collecter différents objets susceptibles de relater la mémoire de cette maison et des personnes qui ont vécu ici.

Cette deuxième séance dans la-dite maison permet de faire un arpentage plus minutieux et d’avoir un regard encore différent des visites précédentes. Le but est de trouver des objets représentatifs pour chaque pièce photographié dans le projet précédent et qu’à travers ces objets glanés, prélevés, le spectateur puisse cerner l’intimité d’une vie passée. Certains artefacts sont récoltés et placés dans des bocaux ou des boites de pétris afin d’éviter de les casser. Des prélèvements de poussière et autres éléments sont également fait, jouant ainsi le rôle d’un archéologue pour tenter de relater cette mémoire. Une pièce faisant penser à l’artiste Mark Dion et son oeuvre Concerning the Dig, réalisée en 2013.

 

La réalisation de plusieurs éléments, arbre généalogique, plan de maison, prise de sons, s’effectue afin d’avancer la recherche de cette histoire et de mettre en scène cette mémoire. Un travail d’étiquetage se conçoit pour chaque objet avec l’endroit précis d’où ils ont été prélevé. Ce qui permet d’archiver toutes les informations récoltées tout au long du processus de création. Une installation se met en place avec la fabrication de deux tables de travail pliables et transportables facilement, viendront servir de support pour les objets glanés. Cette pièce met en scène dans l’espace un bureau de curiosité, exposant l’avancée des recherches d’une chercheuse. Une prise de recul est faite puisque je ne m’identifie plus en tant que sujet faisant partie de la famille qui à vécu dans cette maison, mais bien en m’identifiant en tant que chercheuse plasticienne au travers de cette installation. Des éléments viennent appuyer cette prise de position en s’immisçant avec les objets glanés : un appareil photo argentique (rappelant la pièce précédente), des essais d’impression photos, des négatifs, un texte écrit sur le ressenti de l’expérience du arpentage dans la maison, une lampe, une chaise, créant ainsi une intimité et mettant également le spectateur en position de chercheur.

- DION Mark, Concerning the Dig, installation de techniques mixtes, dimensions variables, Collection Museum of Contemporary Art Chicago, Don de Marshall Field's by exchange, 2014,

https://mcachicago.org/Collection/Items/2013/Mark-Dion-Concerning-The-Dig-2013, consulté le 24/02/20.